Transition…

DSCN0644

Damaris pour la Team.

Oui nous nous sommes fait désirer, non nous ne sommes pas morts, oui nous allons bien, non le voyage n’est pas fini, non nous n’avons pas quitté les Philippines !
Merci de vos sollicitations, et votre intérêt pour le projet.
Pardonnez-nous pour les 3-4 jours de silence, le programme était chargé, transitionnel, et la connexion était capricieuse…

Me voici donc chargée de la mission de résumer les derniers jours… qui furent chargés d’émotions.

Samedi, nous avons pu apprécier les bienfaits d’un petit jour de repos. Nous avons visité le « vieux-DSCN1361Manille » et avons pris une boisson fraîche sur l’avancée sur pilotis d’un resto sur l’eau. Cela nous a fait un bien fou mais nous n’avons malheureusement pas tous pu en profiter car certains sont rentrés tôt mais … sans les clés. Le repos leur fut peu accessible. Sam et Fidji avaient un vol à prendre le lendemain (pour une histoire de visa) et la soirée fut un premier temps d’au revoir.

1012304_278173142322642_14158084_n Dimanche fut un jour de clôture …
Le matin, durant le culte, nous avons chacun été invité à apporter un petit partage, ou témoignage. (Nous avons partagé sur : Le péché, la perspective de l’Éternité, la prière, la mission, un témoignage de conversion). Fin du culte… Nous avons serré beaucoup de mains, pris bien des personnes dans nos bras.
Nous avons passé un petit temps « en famille » avec Mercy, William (le couple pastoral) et leurs enfants autour d’une conviviale pizza pendant que dehors la mousson faisait rage.
Le retour en tricycle dans les rues transformées en rivières nous est apparu comme un tour en bateau. Nous avons eu une pensée pour ceux qui dorment sous le pont, ou près de la rivière et qui probablement attendaient quelque part, dans un endroit « peu sec », que l’eau redescende.
Puis ce fût le moment de commencer les valises, de réaliser que nous partions le lendemain.

Tentative de Kidnapping.DSCN1388

Petite annecdote importante de la soirée, Bravo à Quentin, Claire et Anne-Cécile qui ont relevé le défi de DSCN0687manger du « Balut », une spécialité locale dont les Philippins sont très friands. En bref, le balut sous sa forme la plus répandue, c’est un oeuf dur qui renferme un foetus de canard bien formé, avec une tête, un joli petit bec, des pattes et des plumes, un cordon ombilical – enfin, le tout parcouru de veines foncées et trempant dans l’albumen et c’est dégustable assaisonné d’un peu de sel. (Selon Quentin le gout n’est pas si mal si ont fait abstraction de l’odeur)
Miam !
(Perso sur ce coup là j’ai failli à ma réputation d’aventurière, mais non, les bébés canetons c’est trop mignon ; j’ai pas pu et le reste de l’équipe non plus !)

La soirée se finit en moment de louange, de remerciements, de prière… et d’adieux.
Les poignées de main du matin se changèrent en embrassades, les larmes commencèrent, et même les sanglots pour certains…
Nous sommes toujours surpris comment des liens ont pu se créer si vite et si fort.1000383_278428252297131_736825373_n

 lundi matin  

Rebelote devant le mini-van qui allait nous emmener là ou nous allions passer notre troisième semaine, c’est à dire:

The Hope-House (la maison de l’Espérance)

Le voyage fut silencieux… Nous avons eu un moment de prière pour la transition. Dehors le paysage changeait, les arbres se faisaient plus nombreux, la pauvreté toujours présente mais plus « rurale ». Et nous avons été déposés dans un quartier plus résidentiel où Becky nous a accueillis et fait visiter la maison.
Le contraste était fort, nous nous sentions presque intimidés par le  » luxe d’avoir tant de luxe ».
« – Héééé, ya une douche ! « , (enfin presque) (Vous l’aurez deviné, ce ne sont pas les garçons qui ont fait cette remarque !) , « -Woaaaa ya plus que 4 murs et ya même des escaliers et des étages » , « Ce truc de fou! hé Guys, ya internet ! « .

Becky travaille avec Wipe Every Tear, une ONG que nous allons essayer d’aider pour cette semaine.
Elle prend soin de toutes celles de la maison d’accueil.
Elle nous a briefés sur ce qui se passe ici à la maison, sur l’histoire des filles qui y habitent, sur le contexte du « sex-trade » (commerce du sexe) aux Philippines.

Il me sera impossible de résumer cela en quelque lignes… Mais je vais essayer.
Imaginons une situation, qui apparemment arrive assez souvent malheureusement.
Une première chose à savoir est culturelle : la notion de l’honneur, de la honte, en Asie c’est très important, et veuillez considérer l’adjectif ici comme un euphémisme.
La plupart du temps si une jeune fille se retrouve dans une situation de prostitution c’est qu’elle a déjà perdu sa dignité, sa vertu, sa virginité, mais de façon non-consentante. Autrement dit c’est qu’elle a déjà été violée, et souvent, par un membre même de la famille.
Suite à ça, l’estime qu’elle a d’elle même peut dégringoler jusqu’à zéro.
Et lorsqu’il devient vital de pourvoir pour des enfants, des parents, une fratrie, lorsqu’une pression familiale ou une proposition de travail vient s’ajouter dans la balance, le vrai poids qui va la faire basculer du mauvais coté, c’est  la petite voix perfide qui va venir souffler à l’oreille :
-« De toute façon, je ne vaut déjà plus rien, alors je peux faire ça pour aider ma famille ».
Une autre porte d’entrée dans ce milieu peut aussi être celui-ci. Une jeune fille de province est appelée pour un poste de « serveuse » et ce n’est qu’une fois arrivée dans le travail qu’elle s’aperçoit du véritable poste qu’elle va devoir tenir. Besoins financiers familiaux, éloignement, isolement, ou forcée physiquement de le faire. Voilà les lourdes chaines qui peuvent venir se lier à leurs pieds et les empêcher de fuir.

C’est pour ça qu’il est souvent difficile pour certaines de sortir de là, elles ne sont pas seules exposées aux conséquences de leurs décisions.

Wipe-Every-Tear a plusieurs bénévoles qui vont dans les bars de Manille, pour rencontrer, discuter, et proposer une porte de sortie.
La maison d’accueil.

C’est là où nous sommes actuellement. Avec également 9 filles qui s’en sont sorties et qui reconstruisent leurs vies.
Lors des partages hier, nous avons déjà commencé à toucher du doigt ce que nous avions à apprendre d’elles.
Je ne parle pas au nom de l’équipe, vous demanderez aux autres à leurs retour, mais en ce qui me concerne l’une des choses qui m’a marquée est que les mots « Salut », « Grâce », « Amour de Dieu », »Reconnaissance » semblent avoir une autre saveur pour elles que pour moi.
Alors… comme Paul :
A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur, en sorte que Christ habite dans vos coeurs par la foi ; afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour, vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu.
Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons,à lui soit la gloire dans l’Église et en Jésus Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen !

Nous en dirons davantage sur ce qui se passe à Hope-House dans les prochains jours.

PS : Demain Sam et Fidji nous reviennent, avec leurs visas renouvelés.

Ci dessous : Les filles (de 16 et 15 ans) nous apprennent comment laver nos fringues… On vient de réaliser qu’on s’y prend vraiment très très mal depuis deux semaines… Oups.

DSCN1422

(Tiens mais au fait l’église de Philippe n’aurait-elle pas commencé avec une histoire de femmes et de lessive…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s