Un petit bout d’chemin avec… Damaris :)

522084_3824343519984_1756509783_n

Je suis née à la Réunion dans une famille chrétienne, mais … on ne nait pas chrétien. J’ai appris à croire en Dieu, prier, lire ma bible, aller à l’église, croire à la vie de Jésus et même à l’apprécier… Ca n’a pas fait de moi une chrétienne. J’ai appris à compter sur Lui, parfois, mais gardant ce qui me semblait être « ma liberté ». Mon concept « Dieu, un bon bonus » me frustrait. J’n’ai pas été la plus sage des ados mais ça allait. Indépendante, nez au vent, regard devant, j’ai décidé de quitter terre et famille à 14 ans, pour études. Tout s’est ouvert, « merci Seigneur », puis tout s’est refermé « pourquoi Seigneur!? »… Rancœur. J’ai eu de grosses explications avec Dieu, « lui qui se disait bon »…puis j’ai compris que j’y connaissait rien : personne à part Lui n’est « bon ». Conflit estompé, mais ça n’a toujours pas fait de moi une chrétienne. Enfin, à 16 ans, tout s’est réouvert, je suis arrivée, partant de 0, dans un village nommé Dieu-le-fit ! … Humour … On m’a alors dit que « je n’avais plus de barrières, j’étais libre de tout, TOUT! Donc je devais bien choisir. » J’ai réalisé que je pouvais tout gâcher. Je ne comprenais pas tout, mais je savais que, 2000 ans avant, quelqu’un avait payé d’avance pour effacer les fautes me séparant de Dieu… J’avais besoin vital de Jésus. Il savait tout, pouvait tout, serait toujours là, m’aimait comme personne, que je le veuille ou non…Son pardon était là mais je n’avais jamais voulu ni le recevoir et ni lâcher les rênes. J’ai plié genoux et accepté le message de la Bible : Jésus donnant sa vie pour ma nouvelle vie… C’est donc Lui qui a fait de moi ce que je suis. Jamais, j’n’ai regretté ma décision de l’accepter dans ma vie, et surtout celle de lui en avoir donné le rôle principal. C’est à partir de là que j’ai vu les choses changer, non autour mais en moi.

 D

D

Depuis et je crois même depuis avant cela, j’ai eu à coeur les pays, peuples et cultures du monde entier. J’ai revu ma prof d’hist/géo de mes 15 ans et elle m’a dit que je bouillonnais pendant ses cours sur la mondialisation. Après ma conversion, ce coeur pour les nations est devenu un coeur pour la mission. J’ai eu l’occasion de faire plusieurs voyages de mission, appris que rien ne Lui était impossible et une devise a progressivement pris sa place « Le monde devient petit quand Celui qui nous porte a le bras long ». Apprendre d’autres cultures, c’est aussi revenir avec de nouveaux yeux et découvrir les besoins chez soi. J’ai souvent eu envie de faire vivre ça à d’autres. En 2013, le projet est né d’un coup de fil avec Claire. Ce fut inoubliable. En 2014, les contacts ont commencé à s’accumuler au Cambodge, et j’ai même failli y aller 2 fois. Via les recherches, j’ai commencé à aimer ce pays. Donc lorsqu’avec Louis nous avons parlé d’un éventuel projet, c’est le nom du Cambodge qui sorti.

Si les besoins sont partout, et qu’on a à apprendre de tous. Alors pourquoi pas le Cambodge?

D

D

D

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s