0

We can prépa :) !

Bonjour à tous !

Voilà quelques semaines, vous avez pris le temps de faire un petit bout de chemin avec chacun de nous.

Merci !
Saviez vous qu’à l’intérieur de l’équipe, certains se conaissent depuis des années, (certains même depuis l’âge des premiers gazouillements) mais que d’autres… ne s’étaient encore jamais vu en chair et en os !
Mais ça c’était avant…  !
Au début du mois, nous avons eu un week end tous ensemble !
Un week end pour se préparer au projet. Au programme : temps de réfléxion autour de la Bible et sur ce que ça peut signifier dans nos quotidiens et dans notre approche du projet, des temps de préparation à la culture avec Sam et Fidji PATH, des temps apprendre a se connaitre, quelques réfléxions autour de la vie en équipe, quelques mises au point administratives, médicales, budgetaires, etc… On a même eu la joie de repartir avec le super livre de Koeun PATH (écrit avec Fidji, sa belle-fille)

Nous sommes toujours en train de fixer les détails avec Teen-Challenge l’association qu’on va aller aider au Cambodge, et nous devrions pouvoir vous donner plus de détails sur notre programme là bas d’ici peu !

D’ici là on vous laisse avec une courte vidéo du week end :

Publicités
2

Un petit bout d’chemin avec… Luc – André :)

375885_357477044352616_1673288877_n

J’ai grandi dans une famille chrétienne (je leur suis reconnaissant). Dieu, et Jésus-Christ, m’occupaient au moins une fois par semaine, le dimanche matin.

J’ai réellement commencé à m’investir pour Lui vers 16 ans, en lisant ma Bible et en réfléchissant à la réalité de ce que j’entendais sur ce Dieu Vivant. À 17 ans, j’ai été moniteur dans un camp chrétien, et ça a été le début d’une longue série. Mais aussi le début d’un service. Quelques mois après je me suis engagé en tant que moniteur du groupe de collégiens de mon église. Après plusieurs semaines de réflexion, j’ai demandé ma communion et me suis engagé auprès des Anciens de mon église. Je participais aussi à la Cellule de Vie, une rencontre hebdomadaire de jeunes adultes. J’ai contribué à un camp de deux semaines au Burkina Faso. J’ai beaucoup grandi moralement et spirituellement à cette époque (20-24 ans) et me suis ancré dans les doctrines de La Bible. J’avoue avoir eu parfois des propos très carrés sur certains points, mais la lecture de ce livre profond, actuel et bouleversant, le contact avec des chrétiens d’autres milieux, le contact avec le terrain et une formation sur quatre ans m’ont aidé à m’ouvrir sur l’extérieur, sur la réalité du monde, sur la vérité du message du Messie. Actuellement, je continue à m’investir de la même façon.

Ainsi, je suis comme sur un sentier qui grimpe à flan de montagne, gravissant petit à petit des sortes de paliers. Quand je regarde en arrière, je suis stupéfait de voir la fidélité de Dieu envers moi, de remarquer la manière dont Il prépare chaque circonstance et de compter le nombre de fois où Il a protégé ma vie (je suis parfois un peu casse-cou).

Maintenant, je désire continuer à grandir dans ma relation avec Lui, à apprécier son amour, sa grâce, sa puissance, et à apprendre du meilleur modèle qui puisse être pour ma vie : Jésus.

D

D

Pourquoi je pars au Cambodge ?

Partir et m’éloigner de ce que je connais m’a toujours fait envie, par exemple en découvrant un nouveau continent.

Au mois de septembre dernier, c’est comme si mon cœur avait été bouleversé par ceux qui vivent de manière indigne et injuste. J’ai creusé et découvert plusieurs associations œuvrant pour les oubliés de notre société capitaliste. Assis dans mon canapé de petit bourgeois, je me suis dit que je voulais me lever pour eux, faire quelque chose. Quelque chose de mon temps, quelque chose de mon argent. Le Cambodge est donc pour moi une occasion d’aller les voir, à l’autre bout du globe.

Je suis ravi d’y aller avec de très très chers amis, mais aussi de faire connaissance avec de nouveaux futurs amis, motivés par les mêmes valeurs.

D

D

2

Un petit bout d’chemin avec… Néïs :)

 

Relations brisées. Abandons. Divorces. Suicides. Maladies. Dépressions. Divisions. Morts. Absences. Rejet. Ces quelques mots ont une signification très précises pour moi, soit parce que je les ai vécu profondément, soit parce que mes proches les ont pris en pleine face à un moment de leurs vies. A 15 ans, j’étais une petite fille hyper souriante, mais au fond, j’n’avais plus aucune joie de vivre. Plus aucun sens à ma vie. J’m’épuisais dans les tempêtes de la vie. Incapable de redonner le sourire à ceux qui l’avaient perdu, j’me sentais inutile, et je ne comprenais pas pourquoi j’étais là. J’crois que j’voulais un peu sauver le monde, et j’me rendais compte que ce n’était pas possible. Et puis certaines relations brisées ont fini par vraiment m’détruire. Vu mon caractère (un peu) rebelle, j’ai, petit à petit endurci mon cœur, en croyant que ça effacerait mes pleurs et mes peurs. Une descente en enfer, avec comme seul arme, ma haine et ma colère…

… Et puis y’a eu des rencontres, une bible ouverte, des prières… Il y a eu surtout : Jésus, qui doucement, à cassée la pierre autour de mon cœur, pour pouvoir toquer tendrement à la porte. Et puis y’a eu c’moment ou j’ai tournée la poignée… En comprenant qu’il avait donné sa vie pour que j’aie la vie éternelle auprès de Lui dès maintenant.

C’est à ce moment là que j’ai pu dire : je suis Délivrée, Libérée, Relevée, Pardonnée, Aimée, pour l’éternité. C’est à ce moment là que ces mots ont pris vie dans ma vie… Jésus en est l’auteur. Le chemin est encore long, mais en tant que « petite christ » j’apprends, encore et encore, à faire confiance en celui qui m’a sauvée et qui m’aime inconditionnellement. 🙂

d

d

Pourquoi je pars au Cambodge ? 

J’aime profondément la France, la langue française, la bouffe française, la musique française (merci goldman), les paysages (du sud) de la France, et j’aime aussi ce melting pot de pleins de cultures différentes… Et j’crois que parfois, pour comprendre la culture de notre prochain, il faut aller là ou il a poussé son premier cri de joie, de tristesse, de peur, de colère.. Là ou il a grandit. On a tous à apprendre des uns et des autres et j’ai envie d’apprendre des Cambodgiens !

Mais surtout, j’ai envie d’apprendre à aimer comme Jésus aime. Et je pense que parfois aimer… C’est rejoindre l’autre là ou il est.

Notre prochain est autant à 1 qu’à 10 000 km de nous… J’vais donc rendre visite, le temps 3 semaines, à nos voisins un peu plus loin 🙂

D

D

D