2

arrival

imageAprès plus de 24 heures de voyage, nous sommes bien fatigués pour écrire un bel article lyrique et prolixe, mais le retour a été sans trop d’encombres. Nous sommes tous arrivés à Paris et nos bagages également. On repars en échelonné dans nos villes respectives et vous pouvez admirer ici une belle installation sieste made in Cambodia.

A bientôt ! Lire la suite

Publicités
3

Fin de notre périple en terre inconnue

Bonjour tout le monde!

On s’excuse car l’article a été écrit hier et on a été un peu perturbé donc on a pas pu le poster hier.. On le poste en différé depuis la connexion du bus, désolé encore car il n’y aura pas de photo pour celui-la.

Bon bah je sors de la piscine pour vous écrire cet article. Je vous rassure notre mission ne se résume pas qu’à de la baignade et de la bronzette. Allez, petit exemple pour vous convaincre (ou essayer tout du moins). Le premier jour au centre des gars, on nous a demandé à 11h de préparer un moment biblique pour 14h… heureusement Carole était là !! Notre service auprès de Teen-Challenge est effectivement fini et nous prenons donc quelques jours à Siem Reap, de repos, de visite, de debriefing et de préparation au retour.

Vendredi, le premier jour ici, on a pris un temps seul pour réfléchir sur ce que nous avons appris sur Jésus, sur nous, sur la mission, sur nos attentes ou nos déceptions, bref plein de petites questions pour nous amener à réfléchir sur notre projet qui touche à sa fin. Ensuite on a pris un temps deux par deux pour discuter un peu de tout ça. J’ai bien aimé ce temps de réflexion et de partage.

En ce qui concerne les visites, samedi on est allé à Angkor Wat pour un lever de soleil sur le plus grand édifice religieux au monde (lever à 4:40 😥 ). C’était vraiment grandiose !! On a enchainé avec la visite de pas mal de petits temples autour de ce dernier. Cette journée s’est finie en deux groupes : les téméraires et les fatigués (pour moi ce fut les fatigués, oui oui ça m’arrive des fois … même souvent en fait ;). Les téméraires ont voulu braver la mousson en haut d’une montagne – bon moi j’appelle ça des collines mais au Cambodge c’est des montagnes alors je dis montagne – pour voir aussi le coucher de soleil. C’est quand même des petites journées, car le lever de soleil est à 5:50 et le coucher à 18:30. Mais bon physiquement c’est pas mal hein.

Bon, Dimanche, on a pu dormir plus longtemps, on ne s’est pas levé à 11 heures non plus hein ! Mais déjà tu es content de te lever à 8h !! Bref on est allé dans une église Khmer le matin. Le partage était traduit en anglais en direct par une dame qui parlait dans un petit micro au fond de la salle. Et puis ça nous était retransmis par des petites radios. Et donc tous les étrangers avaient leurs petits écouteurs pour écouter la traductrice. Ensuite on a passé l’après midi avec des amis missionnaires suisses qui vivent au Cambodge. Ça fait quand même plaisir de voir des gens qui parlent la même langue que nous !!! On a donc pas mal discuté avec eux de leur travail au Cambodge. Ils ont donc crée une ONG qui est basée sur les valeurs chrétiennes et qui vient en aide à des enfants, des femmes et des familles en difficulté. Ils apportent une éducation scolaire aux enfants, et accompagnent les femmes et les familles vers une autonomie. Le soir, ils nous ont amené sur une « montagne » pour retourner voir un coucher de soleil, c’était vraiment magnifique !!!

Pour finir, aujourd’hui, c’est moment spi en équipe, debriefing ainsi que valise car demain on repart vers la France.. bon plus ou moins mais on repart quoi. Alors on prend le bus pour Phnom Penh à 9:45. Ensuite on retrouve Phally (Notre chauffeur préféré) ainsi que Mao pour qu’ils nous emmènent à l’aéroport. Puis là, on attend jusqu’au 19. On prend l’avion à 0:15 puis on a cinq heures de vol jusqu’à Shanghai. Ensuite là, on attend cinq heures puis on reprend l’avion pour cette fois 11:15 pour nous faire arriver à 16:35 à Paris heure locale (pour les lyonnais, on sera à Part Dieu à 21h30). Voila un peu les deux jours qui nous attendent. Ca donne pas envie comme ça mais en pensant à la maison ça fait du bien (en tout cas pour moi).

Pour ceux qui souhaitent prier on a :

– Résumé de l’aventure:
Lundi matin, Martin est tombé malade. Il a été emmené dans un hôpital international dans la ville où nous sommes. Après quelques prises de sang, on lui a diagnostiqué une gastro entérite parasitaire. Rien à voir avec la gastro en France. La gastro d’ici ne se soigne qu’avec des antibiotiques. Il a dû aussi être réhydraté. Rien de très grave, mais mardi matin nous devions tous prendre le bus à 9h45 pour aller jusqu’à Phnom Penh, lieu où nous prenons l’avion pour la France. Le trajet en bus dure 7 heures, et le médecin ne voulait pas qu’il le prenne au vu des symptômes, de la fièvre, des très fortes diarrhées etc. Au final, Martin a passé la nuit de lundi à mardi à l’hôpital. Nous sommes allé le voir mardi matin avant de prendre le bus, il avait passé une bonne nuit, mais il avait toujours de la fièvre. Les 8 autres personnes de l’équipe ont pris le bus à 9h45 comme prévu. La famille suisse qui travaille au Cambodge veille sur Martin toute la journée de mardi. Et Martin devrait prendre un Avion à 20h pour atterrir à l’aéroport de Phnom Penh d’où nous partirons tous ensemble pour la France. Son trajet en avion ne dure qu’une heure, ça lui évite de faire 7h de bus, et ça lui permet de passer une petite journée de plus à l’hôpital pour avoir les traitements médicamenteux, la surveillance adéquat, le repos physique pour être au taqué pour le trajet.

Et donc, pour en revenir aux sujets de prières :
– Reconnaissance: L’hôpital est niquel au niveau hygiène, les professionnels de santé sont vraiment top, l’assurance de Martin prend en charge toute son hospitalisation et nous n’avons pas besoin de faire l’avance (heureusement, car l’estimation est de 900 dollars quand même), la famille suisse qui a fait des allers retours à l’hôpital pour nous emmener, et qui prend soin de Martin pendant que l’équipe est dans le bus.
– Sa journée de mardi à l’hôpital, l’efficacité des traitements, et son moral
– Que Martin puisse prendre l’avion de 20h (mardi), et qu’on puisse rentrer avec lui jusqu’en France (en sachant qu’on prend l’avion mercredi matin à 00h15 donc on peut aussi prier pour que l’avion de Martin n’ai pas de soucis)
– La suite de sa santé en France
– Le retour en France qui va être long dans un premier temps puis sûrement dur avec toutes les différences de culture plus tout ce que l’on aura vécu.
– Toutes les personnes que l’on a rencontré ici pour que Dieu continue le travail dans leur coeur.
– Et puis pour Teen Challenge au Cambodge qui comprend uniquement les deux centres que l’on a visité pour qu’il reçoive les ressources nécessaires pour tous ses projets.

0

Teen Challenge: C’est fini .. Ou pas :D ??

DSC04145

(Clo-Clo, au clavier pour l’équipe)

DSC09596

Bien le bonjour à tous !

Ce matin, à l’aube (donc trèèèèèès tôt !), nous avons mis les bagages dans les 4×4, direction la gare routière du Mékong Express Limousine Bus, s’il vous plaît !

Quelques 7 heures de voyage à travers la campagne Cambodgienne, perdus au beau milieu des rizières, nous arrivions à Siem Reap. Notre Gesthouse avec ses belles chambres et sa piscine en forme de pied, sera l’idéal pour nos 4 derniers jours de détente/bilan/visites/projections/pause/prières/baignades.

DSC09614

Nous avons donc quitté Teen Challenge, avec son lot de souvenirs, d’expériences, de découvertes, de questionnements, de challenges quoi 😉

Nous avons à coeur de vous partager cet article pour vous sensibiliser aux besoins nombreux de Teen Challenge.

Au Cambodge, quand on est une ONG, ce n’est pas si simple que ça de lever des fonds…

Corruption oblige, de nombreuses ONG se créent pour récolter de l’argent sale : sans contenu, ils lèvent des fonds pour leur propre intérêt.

Vous comprenez les réticences à soutenir une ONG !

De notre côté sur le terrain, oui, nous avons vu les motivations de cette ONG, pleine d’amour, d’envie d’aider son prochain, de soutien et d’encouragement. Nous avons confiance en eux, et dans leurs projets.

Ces derniers temps sont rudes pour Teen Challenge, et leurs besoins sont grands.

Pour vous donner des détails, voici un aperçu de leur vision, de ce qu’il nous ont partagé coeur à coeur. Parler finance n’est pas toujours simple, surtout dans le domaine de la mission chrétienne.

Au centre des gars, ils accueillent 30 jeunes maximum. Ils ont quelques champs qu’ils cultivent et deux retenues d’eaux (arrosage des champs, douches).

=> Avec les productions de leurs champs (vente et usage personnel), ils ne parviennent pas à être auto-suffisants. Les journées sont même dures à boucler côté nourriture… Ils aimeraient acheter 3 hectares de champs supplémentaires pour être autonomes.

=> Ils aimeraient agrandir le centre, pour accueillir jusqu’à 50 jeunes, car les besoin sont nombreux.

=> La cuisine (quasiment en plein air) est vétuste, et à chaque mousson (nous en avons été témoins !), l’eau passe à travers le toit et tombe sur les tables et ceux qui y mangent… Ils souhaiteraient la consolider.

Au centre des femmes, ils accueillent aujourd’hui 6 femmes et leurs 9 enfants, dans une toute petite maison, en location.

=> Ils ont du quitter l’ancienne maison, dont la location était trop chère. Ils aimeraient vraiment construire plus grand, sur un terrain qu’ils ont déjà acheté, et ainsi augmenter la capacité d’accueil pour les femmes.

=> Ils veulent proposer un programme sur 3 ans à ces femmes, car un accompagnement d’une année n’est pas suffisant pour un impact durable dans leur vie. Une année pour leur permettre de se détacher de leur situations et de trouver de l’espoir et de la force en Jésus, une année pour les aider dans la reconstruction de leur identité de femmes et se former à un métier, et une dernière année pour se (re)lancer dans la vie et s’intégrer dans la société.

DSC09590

Les chiffres sont grands, plusieurs centaines de milliers de dollars et les donateurs peu nombreux. Si cette cause vous interpelle, si vous avez à coeur de soutenir le peuple du Cambodge à travers cette association, si vous voulez participer au rétablissement (physique, moral et spirituel) de nombreux jeunes hommes et femmes, l’occasion se présente à vous maintenant.  N’oublions pas que les petits ruisseaux font les grandes rivières…chaque geste de votre part, petit ou grand aura un impact dans leurs vies.  La Bible nous invite : « il est plus heureux de donner que de recevoir ».

Nous allons faire un don prochainement. Vous pouvez ajouter votre don au notre. Comme l’argent du projet est déjà bouclé, tout ce qui sera récolté à partir de maintenant ira directement à Teen-Challenge Cambodge.
Vous pouvez donner en ligne via Paypal ou CB.

paiement sécurisé via paypal ou CB

paiement sécurisé via paypal ou CB

A bientôt pour nos aventures à Siem Riap !!!!

0

Repos actif ?!

DSC04145

(Clo, pour l’équipe)

D

D
(Re) Bonjour à tous

Samedi et dimanche. Deux nouveaux jours, et de nouveaux programmes.

Quand les congés riment avec rencontres touchantes, apéro sur l’eau, baignade improbable, coucher de soleil sur les rizières, montées pieds nus sur les palmiers, grasse matinée, culte occidentalisé, marché caverne d’Ali Baba, croisière sur le Mékong avec fruits exotiques à volonté, ben… ça fait du bien à tout le monde.

Le directeur de Teen-Challenge nous a partagé son témoignage, comment il est passé de leader dans la drogue, à enfant aimé de Dieu. Une vie qui en dit long sur l’espérance, un amour et un engagement profond envers ceux qui, comme lui, sont enchaînés par les addictions. Un sourire sur son visage suffit pour nous partager qu’il est touché par notre venue, d’avoir donné temps, énergie et argent pour les rejoindre, eux. Ceux qui, par un coup de pouce, une écoute, du temps, un amour, peuvent prendre un nouvel envol.

Après une baignade dans une eau chaude et boueuse, où certains ont siroté une canette dans une bouée et d’autres se sont flippés à imaginer les bêtes qui pourraient être sous leurs pieds, et d’autres se sont perdus dans les plantes aquatiques, nous étions chaleureusement invités par la famille de Mao. Des Cambodgiens aux cheveux blancs, il faut les chercher. Et qui parlent français, encore plus ! En attendant le repas, les rizières, sous le ciel embrasé du soir, furent un terrain de jeu idéal. Il paraît que monter au sommet des palmiers fait mal aux pieds et offre une belle vue 😉 Un repas très traditionnel nous a repu, tout en écoutant le témoignage touchant de Mao. Leader en bagarres, violent au gré de ses humeurs, il s’est enfui de son village après avoir tabassé un de ses ennemis. En croisant la route d’un chrétien, il a rejoint une église qui proposait de l’anglais et des cours d’informatique. D’abord intéressé par ces aspects professionnels, il a choisi Jésus dans sa vie, Celui qui est doux, patient et aimant. Même s’il a changé, les gens de son village lui restent hostiles et sont même jaloux de son parcours. Sa famille reste encore très attachée à Bouddha, il lui faudra du courage pour partager son espérance et son salut.

Dimanche matin, direction l’église de Mao, plutôt internationale, où nous avons croisé quelques têtes d’occidentaux ;-). Un groupe de louange au taquet, des chants d’hillsong, un prêche par un américain de passage… Une centaine de chrétiens qui célèbrent le même Dieu que nous, ça fait chaud au coeur. Finalement, les deux seules différences, c’est le khmer, et la quinzaine de ventilateurs dans la salle 😉

Repas dans un resto où on mange couché, puis passage éclair au marché russe (russe ?), où la négociation des prix est au rendez-vous, pour ceux qui aiment faire ça 😉 L’occasion d’acheter quelques souvenirs, pour ramener un bout du Cambodge dans nos appartements français et suisse.

Et pour finir en beauté, une croisière sur le Mékong, au coucher du soleil. L’occasion d’apercevoir le palais du roi, la confluence impressionnante de 4 fleuves, des bidonvilles à même l’eau, le village de pêcheurs et les hôtels somptueux qui privatisent des montagnes et des plages dans le pays. L’écart violent entre les riches villas aux portails somptueux et les bicoques en taules qui pataugent dans la boue aux premières pluies continuent de nous interpeller.

D
Pour ceux qui veulent prier:
– Nos familles (plusieurs traversent des épreuves)

– L’invitation inopinée de Nimith à aller rencontrer les étudiants sur un Campus du Cambodge mardi après midi

– L’impact de la vie des femmes sur nos vies et réciproquement

D

DSC09280 DSC09241 DSC09215 DSC09210 DSC09177 DSC09155 DSC09281

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

4

Coulisses

IMG_20150808_183153414

(Damaris au Clavier pour l'équipe)

(Damaris au clavier pour l’équipe)

Bonjour à tous !

Au moment où j’écris, c’est congé.
Je dois avouer que ce n’est pas de trop. Même si on ne croule pas sous le travail, les journées nous paraissent quand même bien remplies.
J’avais envie de profiter de celui-ci pour vous parler un peu des coulisses d’un voyage comme le notre. Après tout, le principe de ce blog c’est de vous embarquer avec nous, pas simplement de vous montrer ce qu’on fait mais aussi ce qu’on vit en équipe, culturellement, et joyeusement

Petit bout… de route

Quand un petit bout d’homme et un petit bout de femme débarquent dans un tel projet, ils arrivent avec pleins d’idées : leurs projections, leurs attentes, leurs conceptions du voyage utile, leurs conceptions du service, leur imagination, leurs envies de faire ceci ou cela, d’avoir telle ou telle façon de vivre ou de vivre telle ou telle façon d’être.
Ils débarquent avec qui ils sont, et avec leurs bagages de dons, de qualités, de personnalités, de caractères.
Quelques-uns débarquent aussi sans attentes et dans la simple intention de vivre ce qui se présentera, généralement ce sont ceux qui s’adaptent le mieux à la vie d’équipe.
Car oui, petit bout d’homme ou petit bout de femme débarque dans une équipe. Ils sont plusieurs à apporter leurs bagages de personnalités.
Toute cette panoplie débarque elle-même, au milieu d’une asso avec qui elle va bosser : Des personnes issues d’une culture différente avec autant d’attentes, de projections, d’envies, de etc..
Que de couleurs différentes avec toute une palette de nuances !
Et là il faut composer, adapter, s’adapter, prendre le pinceau et peindre ensemble, ou bien le donner au Créateur et peindre avec lui.

On peut choisir uniquement de peindre une belle carte postale souvenir, pour faire joli sur un parcours de vie, mais on peut aussi choisir de peindre quelque chose qui lui plaise à Lui _
Lui là haut, Lui avec un grand « L » _ car dans l’équipe, nous sommes tous partis avec cette envie.
Nous sommes venus ici pas simplement pour nous-même, mais aussi pour aimer, aimer l’autre, au près comme au loin.
Si nous souhaitons aimer, c’est aussi parce que nous l’aimons « Lui » et aussi parce que nous savons que, Lui, il les aime.
Ça peut paraître un peu idéaliste, mais parler « d’amour » ce n’est pas parler de Bisounours.
Et quiconque a compris l’abandon de soi-même que ça représente, a compris également qu’il était bien inapte.
Ça nous pousse à chercher l’envie, le courage, la force, et l’exemple « d’aimer pour de vrai » auprès de Celui à propos de qui il a un jour été écrit « Dieu est Amour ».
Et nous sommes heureux d’être là. On aurait pu aimer en France, ce n’est ni plus facile, ni plus dur. Mais des fois quitter un peu ses repères et se retrouver dans une culture qui ne ressemble pas à notre contexte habituel, ça change nos yeux et ça change nos coeurs.
Dans ce voyage, tant sur les toiles de nos coeurs, de notre foi, que sur celles de nos actions et des vies qu’on rencontre, on a envie de peindre pour Lui..
On entend souvent difficultés ou problèmes quand on parle de différences. Mais ce n’est pas ce qu’on veut que vous entendiez.
C’est sur que dans les couleurs et les nuances avec lesquelles nous (Lui et nous) composons actuellement, il y a du contraste.
Mais en tant qu’ancienne étudiante aux beaux-arts, j’ai appris une chose. C’est en peignant avec du contraste qu’on crée de la profondeur.
Voilà pourquoi nous sommes là. Nous voulons peindre pour Lui.
Et on apprend beaucoup, avec de nombreuses joies, découvertes, comme au travers parfois d’incompréhensions, frustrations, ou difficultés.
N’avions-nous pas dit précédemment que contrastes et profondeurs vont de paire?

On a appris

En arrivant à Teen-Challenge, nous avons vite compris qu’il serait parfois peu aisé de comprendre nos attentes mutuelles.
Par exemple : Il nous est arrivés d’attendre qu’on nous dise quoi faire et comment on pouvait les servir sans les gêner dans leur programme, cela, pendant qu’eux attendaient qu’on propose. Ils voulaient nous donner priorité dans le programme.
Parfois quand derrière la question « Avez vous des questions? » pouvait se cacher un « J’ai encore des questions mais à vous l’honneur, je ne les imposerai pas, j’attends que vous me demandez si j’en ai… »
Des fois on s’est beaucoup compliqué la vie et la communication à vouloir tourner nos questions de la bonne façon. Car la réponse sera toujours « Oui », la difficulté est de discerner le « Oui » franc, du « Oui » poli.
Avec le recul (mais ce n’est pas passé, ça arrivera encore) je ris de nous voir ensemble essayant d’établir toute une stratégie pour poser une question d’ordre… secondaire?
Mais parfois, je me dis aussi qu’on a bien fait de réfléchir avant d’ouvrir la bouche.
Martin est devenu pro pour poser des questions indirectes. Par exemple au lieu de demander « On voudrait monter sur la colline avec les jeunes cet après midi, on peut? », la clé pour obtenir une réponse vraie était « Est ce que ça vous arrive de monter sur la colline parfois? »

On a appris à dire bonjour de la même façon. Joindre nos mains à plat devant notre visage, avec la hauteur appropriée à la personne qui se trouve en face de nous (hauteur variant selon âge, statut social, etc…), et nous incliner légèrement en souriant et dire « Jchump riap soar », ou merci « Akoun » ou au revoir « Jchump reap Liah ».

On a appris à rester assis en tailleur aussi longtemps que souplesse permet. Il est très impoli de pointer une personne du pied, alors il faut les ranger. Généralement, au bout d’un moment on cherche d’autres stratégies d’assise, et au final, sauf grande pression… on lâche pas très longtemps après.

On a appris, et on a encore à apprendre, à tendre les choses avec deux mains, si possible avec la droite, la gauche tenant le poignet de la droite. Certains disent ici que c’est sûrement en partie parce que la main gauche … euh comment dire… ici le papier toilette est remplacé par des douchettes…Donc la main gauche, selon certains servirait …Enfin bon . Bref. Voilà, deux mains mais tenir avec la droite, et récupérer avec la gauche.

On a appris que le foot et le volley était très apprécié ici, qu’il pleuve ou qu’il cagne.

On a appris que ça pouvait être très poli de laisser ses invités manger seuls.

On a appris, que les débardeurs pour les filles, c’est vraiment pas top car on voit les épaules… info assez valable pour une grande partie de l’Asie…

On a appris la férocité des moustiques et la taille des rats et des cafards

On a appris à traverser des voies bondées de trafic avec la juste tranquillité et assurance qui permet aux chauffeurs de prévoir ta trajectoire entre eux.
( https://www.youtube.com/watch?v=wjvHcXjAPxI )

On vous enverra bientôt photos et nouvelles de ce qu’on a fait et vécu pendant ce week-end.

On vous salue

Pour ceux qui veulent prier :

On a mal au ventre à tour de rôle… merci de prier pour la santé
La vie d’équipe
La communication
Les quelques jours de service qu’il nous reste avant de rejoindre Siem Riap

4

Photo (again !)

Salut à tous !
Vous trouviez que notre dernière publication manquait de photos ?

Nous voici pour y remédier.

DSC08844

Ici… On a pu observer que les Cambodgiens étaient très tactiles… sauf quand il s’agit du sexe opposé (mais ça nous arrange)

🙂

DSC08856

Carole est devenue pro des jeux de table… Ne la défiez pas au Uno

DSC08955

Bienvenue au pays des tongues… (ou des savat’2’doigts comme on dit à la Réunion)

DSC08983

Voilà la belle troupe !

DSC08990

Florian et Damaris voulaient le ramener en France (Car bébé Zébu est grand fan de câlins) mais bon…

DSC09015

Ho les gonzes… euh les bonzes.

DSC09110

Au centre des femmes les activités changent.

DSC09129

Le jeu de l’élastique. Le but : Choper l’élastique avec son pied !

DSC09138

Nos deux petits frères… (au moment de l’écriture de l’article) en plein match de foot quelque part dans Phnom Penh avec Mao notre guide/interprète/blagueur/correspondant avec T-Challenge.

La suite à venir

On vous salue bien bas (les mains jointes devant le visage, façon Khmère)

Chum reap leah !

5

Transition

(Florian au clavier pour l'équipe)

(Florian au clavier pour l’équipe)

Bonjour à tous 🙂

La routine a disparu depuis avant-hier, time to give some news !
D’abord excusez-moi d’écrire qu’aujourd’hui, la fatigue et le boulot se sont alliés pour m’en empêcher avant… Donc avant-hier était notre dernier jour avec les gars, alors on est venu tôt le matin (enfin vers 9h, faut pas abuser) pour passer plus de temps avec eux puisqu’on devait partir plus tôt aussi. On a organisé un petit tournoi de jeux divers par équipes et ils ont bien apprécié !
Après le repas, on a pu prier avec eux et se dire au revoir chaleureusement, j’ai été touché (je pense que les autres aussi !) par leur affection et leurs câlins (ils sont plus tactiles que chez nous). Au moment de partir, on a appris qu’on allait en fait jouer encore 1h au volley, faux départ donc… Puis il a bien fallu y aller, et on est retourné à Phnom Penh avec notre chauffeur et notre traducteur (qui sont aussi des amis, à l’occasion).
Nouvelle guesthouse donc, et sortie à un centre commercial pour tenter de manger des pizzas ! Tentative périlleuse mais fructueuse : on ne connaissait pas l’adresse de notre guesthouse, les tuk-tuk-men ne parlaient pas anglais et on voulait en prendre un seul pour nous 9, ce qu’on a fait, le tuk-tuk n’a pas dépassé les 30km/h… Sans parler du trafic qui est assez comique, pour ne pas dire oufissime !
On s’en est bien tiré et on a été content de pouvoir faire une pause dans le menu composé de biscuits le matin et de riz midi et soir pour faire court. Le soir, Carole est venue nous chercher dans notre chambre parce que Néïs était tétanisée par un papa-cafard bien bien gros qui s’était caché on ne sait pas où… Finalement trouvé et jeté dans le couloir, il a filé sous la porte de la chambre du voisin d’en face, oups !

Hier était donc notre premier jour au Women Center. On savait qu’elles seraient peu nombreuses (moins que nous !) et qu’elles avaient des enfants, ce qui nous a aidé à créer des liens et commencer de parler car ils sont très joueurs. On a beaucoup joué avec eux, et dès demain on pourra partager et préparer des cours d’anglais, de maths ainsi que des travaux manuels, et aussi un moment autour de la Bible avec elles toutes et les responsables. Il faut aussi dire qu’une des responsables parle bien anglais donc c’est plus facile que la semaine passée.
Quelqu’un donnera plus d’infos sur le centre des femmes après-demain (on va essayer), et des photos arrivent incessamment sous peu.

Merci de nous suivre, à bientôt 🙂